Voyages

Préparer son voyage quand on est greffé(e)

J’adore l’envie de voyage et d’aventure que me donne ma maladie. Cela m’excuse à vouloir découvrir et vivre de nouvelles choses. Ignorer le « Je ne peux pas » et le « Je ne vais pas » dans la vie et aller plutôt vers ce qui vous donnera non seulement la quantité de vie, mais aussi la qualité de vie. Dans un monde où il est si important d’honorer le corps médical que nos équipes de santé nous offrent, il est tout aussi important d’être heureux, d’aimer et d’être aimé, et de poursuivre des moments dans la vie qui vous rendent reconnaissant d’être en vie.

Pourquoi les voyages, et plus précisément L’Île de la Réunion ?

Chacun rêve d’une parenthèse dans la maladie, chaque personne trouve son échappatoire dans une activité qui les fait vibrer. Pour certains, c’est le sport et pour d’autres, comme moi, pour qui ce sont les voyages. Il y a 13 ans, j’étais incapable de me déplacer seule et ailleurs que de ma chambre. Perfusée et reliée à une bonbonne d’oxygène 24h/24, le moindre effort m’épuisait. J’avais des soins quotidiennement et des obligations médicales m’empêchant de vivre la vie que je souhaitais réellement. L’Île de la Réunion est l’une des nombreuses destinations qui fait partie de ma liste de voyages, ma bucket-list que j’avais écrite lorsque j’étais en attente de greffe.

And say yes to new adventures !

Nous sommes donc aujourd’hui à J-3 avant le grand départ pour deux semaines à l’Île de la Réunion qui s’annoncent pleines d’aventures et de découvertes. Ne t’inquiètes pas, je n’ai pas prévu de me transformer en guide touristique de la vie Réunionnaise. Ce blog portera toujours sur la santé en sujet principal mais du coup, ne soit pas surpris de voir une invasion de photos sur mon compte Instagram 😉

Dans cet article, je te propose des conseils pour organiser ton (futur) voyage ainsi que quelques bonnes pratiques à appliquer pour que tu sois opérationnel le jour de ton départ.

Voyager quand on est greffé

Il est recommandé d’attendre environ un an après la transplantation avant de voyager ou de planifier un séjour loin de son domicile. En effet, durant la première année, les rendez-vous médicaux sont plus fréquents et le risque de complications (rejet, infections, etc.) est plus élevé. Au moment de partir, ton état de santé doit être stable. L’objectif est que tout se déroule bien durant ton séjour !

Voyager lorsqu’on est greffé ne doit pas créer de limitations, ce n’est pas un obstacle ! Il faut tout simplement prendre quelques mesures préventives afin d’éviter les situations à risque. Autrement dit, une personne greffée peut aussi bien profiter d’un voyage qu’un individu qui ne l’est pas. En revanche, cela implique quelques exigences qu’il faut prendre en compte lorsqu’on est greffé et qu’on veut voyager.

8 conseils pour préparer son voyage quand on est greffé :

  1. Ne voyage pas dans les régions comportant un risque d’infection par le virus de la fièvre jaune.
    Evalue bien les risques (risque infectieux, situation politique) et privilégie les pays dans lesquels on pratique des greffes d’organe pour avoir accès aux soins en cas de besoin.
  2. Assurance annulation et garantie d’un rapatriement en cas d’urgence
    Dans un cas particulier comme le mien, il est très important de souscrire à une assurance voyage . Même si ma santé est parfaitement stable aujourd’hui, être greffé ne signifie pas être guérie. Normalement il n’y a aucun soucis quand il s’agit d’un voyage en France mais les choses peuvent se compliquer si tu pars à l’étranger.
  3. Documents médicaux
    Ils sont indispensables au transport de tes médicaments et, en cas d’urgence, aux consultations et à l’instauration d’un traitement sur place adapté à ton cas. La lettre du médecin (ou rapport médical) contiendra en détail tous les faits médicaux importants et les traitements en cours. Une attestation de transport pour tes médicaments (à prévoir en anglais) te sera demandé pour la douane.
  4. Carte d’urgence
    Munis toi d’une carte d’urgence indiquant que tu as subi une transplantation et que tu es sous immunosuppresseurs. En cas de problème, le médecin aura accès à toutes les informations nécessaire pour une meilleure prise en charge.
  5. Décalage horaire
    Jusqu’à 3 heures de décalage horaire, tu peux prendre tes médicaments à la même heure qu’en France. S’il y a plus de 3 heures de décalage horaire, parles-en à ton médecin pour décider de l’attitude à adopter.
  6. Réserve de médicaments
    Prévois en quantité de médicaments 7 jours de plus, voire le double du nécessaire pour la durée de votre séjour. Ne te sépare jamais de vos médicaments (bagage à main) et répartis les dans plusieurs bagages pour ne pas te retrouver démuni en cas de vol ou de perte.
  7. Précautions à prendre
    Pendant le voyage, les règles d’hygiène, de protection contre les infections, les insectes et contre le soleil s’appliquent. Les précautions concernant l’alimentation sont également à prendre : évite tout aliment cru ou peu cuit, et les boissons qui ne sont pas en bouteille.
  8. Au retour
    Planifie à l’avance, avec ton centre de transplantation, un examen de routine après ton voyage pour vous assurez que tu n’as rapporter de ton voyage que de bons souvenirs !